[UC : DC Classique] Superman A Terre

Avatar du membre
Strax
Super Héros
Messages : 5484
Enregistré le : 30 juin 2013 05:53

Re: [UC : DC Classique] Superman A Terre

Message par Strax »

Superman
à Terre

J.M Straczynski - Chris Roberson - Eddy Barrows
Image
Comme dit mon père, "il y a le bien et le mal dans cet univers, et la différence entre les deux n'est pas difficle à faire".
Superman est en pleine dépression après l'anéantissement de la Nouvelle Krypton. Il vient à nouveau de perdre ses semblables. Peu de temps après, de nouveau sur Terre, il se fait reprocher par une femme la mort de son mari. Visiblement marqué par cette rencontre, il décide de faire un tour des Etats-Unis à pied, sans voler, afin de se rapprocher de l'Humanité.
Si l'intention de départ est bonne, le résultat final est très moyen.
Le récit nous ramène à d'anciennes histoires, comme "Superman est-il nécessaire ?"* (Superman N°247 - Janvier 1972), un récit intelligent qui a influencé bon nombre de scénaristes postérieurs de l'univers de l'Homme d'Acier, comme par exemple Joe Kelly, auteur de "What's so Funny about Truth, Justice and the American Way ?"* (Action Comics N°775 - Mars 2001).
En gros, il s'agit de se demander si la présence de Superman n'est pas un frein à l'évolution des Hommes.
Image
Dans Superman à Terre, on part néanmoins, cette fois-ci, d'un principe inverse. Superman s'est éloigné de l'Humanité et de ses préoccupations sociales. La question qui nous vient à l'esprit en parcourant cet album, c'est "y a-t-il un juste milieu ?"
En leur venant constamment en aide, Kal-El rend-il l'Humanité dépendante de lui et incapable de s'adapter aux nouveaux défis qui l'attendent ?
Et d'ailleurs, la rencontre avec la femme, qui va motiver la décision de Superman, illustre bien cette crainte. Le mari de cette femme était atteint d'un cancer, une tumeur au cerveau. Elle reproche à Superman de ne pas l'avoir sauvé, de ne pas avoir été là pour les terriens. Comme si son devoir était de soigner toute la misère du monde. Aussi absurde et disproportionnée que puisse paraître la colère de cette femme (et c'est le cas), elle illustre parfaitement le fait que les Hommes considèrent Superman comme une divinité, comme un faiseur de miracles sur lequel tous les espoirs se reposent, phagocytant toute perspective d'évolution, d'adaptation de l'Humanité.
Cependant, et nous allons le voir, on s'éloigne assez vite de l'intrigue à la base de l'histoire.

Parce que peu à peu se dégage une atmosphère ultra-patriotique de certains chapitres (essentiellement vers la fin), qui peuvent donner l'impression d'assister à certaines propagandes de la seconde guerre mondiale. Sourires ultra-brite, têtes levées vers le ciel, drapeau américain flottant au loin...
On s'éloigne tout-à-coup du principe de départ de l'histoire. Est-ce dû au fait que Straczynski a quitté le projet en route (tout en continuant à le superviser), qui est ensuite tombé entre les mains de Chris Roberson à partir du sixième chapitre ? Je n'en sais rien, mais trop de patriotisme tue le patriotisme...
Je comprends pourquoi on préfère traduire "Truth, Justice and American Way" par "Vérité, Justice et Valeurs Humaines". La vache ! Les valeurs américaines, comme si le désir de liberté et de bonheur était né avec les Etats-Unis, comme si les autres pays prônaient le mal, la dictature et la misère...
Je préfère largement le terme "valeurs humaines", parce que dans les valeurs américaines, il y a aussi le droit de chaque citoyen à porter une arme à feu, et la peine de mort. Et franchement, je vois mal Superman se battre pour ces droits.
Image
En-dehors de cela, il faut quand même souligner certains bons chapitres (quand même), comme celui où Superman rencontre une famille d'exilés extra-terrestres, déguisés en humains, ou aussi lorsqu'il nettoie un quartier tenu par des gangsters (visiblement peu effrayés par l'Homme d'Acier, qu'ils considèrent comme un flic). Le chapitre dans lequel il discute avec Batman sur ce qui les séparent des êtres ordinaires est aussi très intéressant, et aurait mérité d'être plus développé. Enfin, les parties où il s'en prend à un père qui bat son fils, ou a un harceleur, nous ramènent aux débuts de carrière de Superman, ce qui était d'ailleurs visiblement l'intention de départ de cette histoire qui, encore une fois, s'en éloigne dans sa seconde partie.
On peut aussi reprocher à l'histoire une symbolique qui manque quelque peu de subtilité : Dans quasiment chaque chapitre, on peut voir dans la foule un personnage avec un maillot arborant le symbole de Batman (la chauve-souris noire), alors que Superman est en pleine dépression, se sentant rejeté de tous. Arrivé au chapitre 10, moment de l'épiphanie pour Superman, alors représenté pour la première fois en Clark Kent dans l'histoire, de qui lui vient cette soudaine réponse à toutes ses questions ? Un mec fan de Superman, qui porte un pull avec les couleurs et le symbole de Superman !
Subtil, n'est-il pas ? :roll:
Image
Le plus gros défaut de Superman à Terre tient dans son format même. Douze chapitres pour raconter ce que Elliot S! Maggin et Curt Swan avaient si bien expliqué en un seul chapitre de 17 pages !
Bref, l'histoire est diluée, on sent beaucoup de remplissage, ce qui n'aide pas à apprécier la lecture.
Si Straczynski était resté aux commandes de l'histoire, aurait-ce été différent ?
Toujours est-il que le résultat est une déception.

* Pour les curieux, je vous recommande l'Anthologie de Superman, parue chez Urban Comics, dans laquelle figurent justement ces deux excellentes histoires !)
"With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

Avatar du membre
crazy-el
Superman Addict
Messages : 8263
Enregistré le : 30 janv. 2013 18:54
Localisation : Montréal

Re: [UC : DC Classique] Superman A Terre

Message par crazy-el »

Très bonne critique Strax.

Perso moi j'ai bien aimé, mais je comprends ceux qui croient en peu de chapitres cette histoire aurait pu être écrite. Mais j'adore ces histoires où Superman est dans ce dilemme, qui va au-delà comme tu peux imaginer sur l'aspect ''littérature'' :-D
''Quelque soit l'homme que tu deviendras, tu changeras le monde'', Jonathan Kent dans Man of Steel(2013)

Image

Avatar du membre
Strax
Super Héros
Messages : 5484
Enregistré le : 30 juin 2013 05:53

Re: [UC : DC Classique] Superman A Terre

Message par Strax »

crazy-el a écrit :Très bonne critique Strax.

Perso moi j'ai bien aimé, mais je comprends ceux qui croient en peu de chapitres cette histoire aurait pu être écrite. Mais j'adore ces histoires où Superman est dans ce dilemme, qui va au-delà comme tu peux imaginer sur l'aspect ''littérature'' :-D
Merci Crazy-el !

Je t'avoue que je n'ai pas compris ta dernière phrase ! :oops:
Sinon, ce qui m'a vraiment gêné, c'est cet appui incessant sur le patriotisme américain dans la seconde partie.
Que Superman se pose des questions, et littéralement qu'il se pose pour réfléchir, mette ses pouvoirs de côté, ça me plaît !
Mais je trouve qu'il enfonce des portes ouvertes dans la seconde partie, et que la façon dont on le fait entrer (la femme qui vient lui reprocher le cancer de son mari ! :shock: ) et sortir de sa déprime est absolument factice, artificielle !
Après, que ça t'ait plu, pas de souci pour moi ! :-D

Sinon, je vais bientôt poster mon avis sur Superman - Pour Demain, et je l'ai encore moins apprécié que celui-ci !
"With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

Avatar du membre
crazy-el
Superman Addict
Messages : 8263
Enregistré le : 30 janv. 2013 18:54
Localisation : Montréal

Re: [UC : DC Classique] Superman A Terre

Message par crazy-el »

C'est dans ce sens là que je souhaitais dire ''Bref, l'histoire est diluée, on sent beaucoup de remplissage, ce qui n'aide pas à apprécier la lecture.'' Et de d'autres points que tu relates dans la même phrase. Ce que je voulais dire il pourrait avoir le nombre de pages d'une bible ça me dérangerait pas :lol:

Cette question de nationalité de Superman dans ce récit a été effectivement controversée, de même sur les questionnements de son utilité. On remet en question la vision du Golden Age qui a créé Superman pour un besoin de l'époque. La résolution de ce problème de société vient justement de ce Fan, il est l'écho de ce que Superman attend de nous par le biais de l'héritage de ses valeurs qu'il souhaite que nous poursuivions, si un jour il doit partir, disparaître à cause de sa mort ou autres raisons. Ce Fan dans le récit, d'une manière imagée, pourrait correspondre concrètement à Christopher Reeve. À sa façon, Reeve a toujours porté, même dans son fauteuil roulant, je dirais spécialement là, le symbole de ce que nous pouvons accomplir personnellement sous l'inspiration du kryptonien. Bon très succint ce que j'avance pour le parallèle concernant ce récit, mais l'esprit du Fan est vraiment celui de l'héritage de ce que Superman laisse aux générations. Malgré les bonnes intentions du Héro, comme dans nos sociétés actuelles, on remet en question le bien fondé des institutions dites humanitaires: l'ONU remis en question sur son utilité et autres sujets de cet acabit, quand on sait certains pays comme le Canada et les USA ne seront pas unanimes sur certaines décisions de l'ONU. C'est notre époque dans laquelle nous vivons, nos repères sont ébranlés. Connaissant Kal-El de sa franchise et intégrité, il était évidemment prévisible qu'il se remet en question sur ses actes et de la justification de celles-ci.
''Quelque soit l'homme que tu deviendras, tu changeras le monde'', Jonathan Kent dans Man of Steel(2013)

Image

Avatar du membre
Strax
Super Héros
Messages : 5484
Enregistré le : 30 juin 2013 05:53

Re: [UC : DC Classique] Superman A Terre

Message par Strax »

crazy-el a écrit :C'est dans ce sens là que je souhaitais dire ''Bref, l'histoire est diluée, on sent beaucoup de remplissage, ce qui n'aide pas à apprécier la lecture.'' Et de d'autres points que tu relates dans la même phrase. Ce que je voulais dire il pourrait avoir le nombre de pages d'une bible ça me dérangerait pas :lol:
Merci pour cette précision ! Je n'avais pas du tout compris pourquoi tu parlais de littérature ! Maintenant je comprends mieux ! ^^
crazy-el a écrit : Cette question de nationalité de Superman dans ce récit a été effectivement controversée, de même sur les questionnements de son utilité. On remet en question la vision du Golden Age qui a créé Superman pour un besoin de l'époque. La résolution de ce problème de société vient justement de ce Fan, il est l'écho de ce que Superman attend de nous par le biais de l'héritage de ses valeurs qu'il souhaite que nous poursuivions, si un jour il doit partir, disparaître à cause de sa mort ou autres raisons. Ce Fan dans le récit, d'une manière imagée, pourrait correspondre concrètement à Christopher Reeve. À sa façon, Reeve a toujours porté, même dans son fauteuil roulant, je dirais spécialement là, le symbole de ce que nous pouvons accomplir personnellement sous l'inspiration du kryptonien. Bon très succint ce que j'avance pour le parallèle concernant ce récit, mais l'esprit du Fan est vraiment celui de l'héritage de ce que Superman laisse aux générations. Malgré les bonnes intentions du Héro, comme dans nos sociétés actuelles, on remet en question le bien fondé des institutions dites humanitaires: l'ONU remis en question sur son utilité et autres sujets de cet acabit, quand on sait certains pays comme le Canada et les USA ne seront pas unanimes sur certaines décisions de l'ONU. C'est notre époque dans laquelle nous vivons, nos repères sont ébranlés. Connaissant Kal-El de sa franchise et intégrité, il était évidemment prévisible qu'il se remet en question sur ses actes et de la justification de celles-ci.
Encore une fois, je ne remets pas en question le propos du récit, que je trouve bon à la base, hein !
C'est juste la façon dont c'est montré qui me gêne, qui me fait sortir du récit.

La seconde partie du récit me donne l'impression de voir une pub pour l'American way of life ! ça sonne faux de voir tous ces gens s'approcher du fan de Superman et de sortir leur réplique l'un après l'autre, le sourire aux lèvres.
Je pense qu'il y avait plus subtil à faire pour remonter le moral de Supes, non ?
Je ne remets pas en cause le fait que Superman est américain, mais je n'ai pas non plus envie de voir une propagande patriotique.
"With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

Avatar du membre
crazy-el
Superman Addict
Messages : 8263
Enregistré le : 30 janv. 2013 18:54
Localisation : Montréal

Re: [UC : DC Classique] Superman A Terre

Message par crazy-el »

Oui bien sûr je remettais pas en question ton senti. Je voulais appuyer l'exemple que tu donnes sur cette dame qui accuse Superman. Je souhaitais aussi démontrer, concernant la nationalité, le traitement qui est fait avec ironie sur l'attitude des gens. C'est comme si Superman trouvait que c'était dépassé cette norme établie au cours du Golden Age, c'est vraiment le Fan qui a emmené une nouvelle dimension dans la recherche de Superman sur lui-même.

Au fond c'est un choix scénaristique de l'auteur de démontrer ça de cette manière, comme je crois tu sembles souhaité exprimer, qui emmène une justification sur les questionnements de Superman.
''Quelque soit l'homme que tu deviendras, tu changeras le monde'', Jonathan Kent dans Man of Steel(2013)

Image

Avatar du membre
Strax
Super Héros
Messages : 5484
Enregistré le : 30 juin 2013 05:53

Re: [UC : DC Classique] Superman A Terre

Message par Strax »

crazy-el a écrit :Oui bien sûr je remettais pas en question ton senti. Je voulais appuyer l'exemple que tu donnes sur cette dame qui accuse Superman. Je souhaitais aussi démontrer, concernant la nationalité, le traitement qui est fait avec ironie sur l'attitude des gens. C'est comme si Superman trouvait que c'était dépassé cette norme établie au cours du Golden Age, c'est vraiment le Fan qui a emmené une nouvelle dimension dans la recherche de Superman sur lui-même.

Au fond c'est un choix scénaristique de l'auteur de démontrer ça de cette manière, comme je crois tu sembles souhaité exprimer, qui emmène une justification sur les questionnements de Superman.
Oui, voilà, encore une fois, c'est la forme qui me gêne (je devrais pas gagner des sous à force de sortir cette phrase, moi ? :p ), la façon dont l'auteur raconte ça. ça fait publicité du genre "American Mastercard", et pas du tout naturel !
C'est ce qui fait de ce titre une déception pour moi.
"With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

Avatar du membre
crazy-el
Superman Addict
Messages : 8263
Enregistré le : 30 janv. 2013 18:54
Localisation : Montréal

Re: [UC : DC Classique] Superman A Terre

Message par crazy-el »

''(je devrais pas gagner des sous à force de sortir cette phrase, moi ? :p ), ''

:lol: Oui j'avais compris :lol: une blague :-D
''Quelque soit l'homme que tu deviendras, tu changeras le monde'', Jonathan Kent dans Man of Steel(2013)

Image

Avatar du membre
DarkChap
Super Elite
Messages : 3686
Enregistré le : 03 juin 2013 14:33

Re: [UC : DC Classique] Superman A Terre

Message par DarkChap »

J'ai enfin lu Grounded, ayant acheté les deux TPB en VO.

Alors il y a effectivement une distinction très claire entre le travail de JMS et celui de Roberson mais en l'occurrence c'est Roberson qui sauve ce qui était jusque là un catastrophique naufrage.

Pour rappel le Superman de JMS, c'est ça :

Image

Image

Image

Image

Au fil des années, j'ai lu pas mal de conneries dans mes comics mais de mémoire, jamais une telle compilation.
Superman y apparaît comme un personnage très antipathique, prenant tout le monde de haut, faisant constamment la morale à des passants.
C'était prétentieux, avec des dialogues lourds portant des messages fondamentalement bêtes tels que :
«passer le problème à son voisin, c'est le résoudre »
« immigré adulte en asile politique, tu as intérêt à servir la communauté sinon je te renvoie dans ton pays pour que tu y sois tué »
« la vie n'est ni injuste, ni juste, c'est juste la vie donc voilà, te suicide pas » ou encore
« pourquoi je me balade au lieu de sauver des gens ? Parce que...euh...comme Thoreau l'a dit c'est toi qui devrait être un héros ! »
Et le pire, c'est que tout la caractérisation antipathique de Superman n'était même pas volontaire. JMS pensait vraiment que Superman devait parler comme ça aux gens et porter ce genre de valeurs et il pensait vraiment que le personnage pourrait sembler sympathique.

L'arrivée de Roberson se traduit par un 180° particulièrement bienvenu. Le comportement complètement out-of-character de la première moitié est expliqué par la dépression/l'effet du cristal et pour le reste de l'arc, on part sur quelque chose de bien plus positif, fun et comic booky, bref, de plus Superman. La question « Must there be a Superman ? » -qui renvoie au classique de Maggin- est toujours là mais comme dans cette histoire et dans le Camelott Falls de Busiek d'ailleurs, la réponse est un « oui » qui s'impose de manière évidente, Superman se devant d'agir pour aider les gens. In fine, comme le montre Roberson, il n'y a que Superman pour se poser cette question, parce qu'il est fondamentalement humain et qu'il a parfois du mal à porter le poids du monde. Pour le reste du monde, la question ne se pose même pas.

En plus de cela, à quelques mois, voire quelques semaines, de la fin du Superman pré-Flashpoint (qui depuis Infinite Crisis avait réintégré toute la partie Silver et Bronze Age) Roberson profite de l'occasion pour rendre hommage à toute l'histoire du personnage, jouant avec quantité d'éléments du mythos, notamment le Superman Squad de Morrison, que Roberson rapproche un peu de ce que Alan Moore faisait sur Supreme, Superman's Pal Jimmy Olsen, les TAS et le Superman Blue des 90's via Livewire, pas mal de parallèles au travail de Elliot S. Maggin qui l'a apparemment beaucoup marqué, des blagues tirées du Super Dictionnary, des renvois à toutes les versions de Superman rencontrant Batman « pour la première fois » etc...
Il y comprend même le Golden Age, représenté par Iron Muro.

Pour ce qui est de la question du patriotisme, je ne sais pas comment ça a été (mal) traduit en VF, mais en VO, on parle de « The American Way » , cet idéal fondamentalement américain qui renvoie à « Life, Liberty and the Pursuit of Happiness » aux origines du pays et à l'idée que toute personne, en particulier l'immigré peut trouver et réussir aux Etats-Unis. Evidemment, c'est un idéal mais pas plus, pas moins que « Truth » et « Justice » en tant qu'absolus. Quoi qu'il en soit Superman, alien arrivé au cœur des Etats-Unis correspond tout à fait à cet idéal américain.
Quant à sa place dans Grounded, ça allait un peu avec le cahier des charges vu que l'idée même de l'histoire, c'est que Superman traverse les Etats-Unis.
I am the Revelation! The Tiger-Force at the core of things! When you cry out in your dreams, it is Darkseid that you see!

Avatar du membre
Strax
Super Héros
Messages : 5484
Enregistré le : 30 juin 2013 05:53

Re: [UC : DC Classique] Superman A Terre

Message par Strax »

Je vois que nos avis sont diamétralement opposés, quasiment !
Je ne vais rien retirer de ce que j'ai exprimé dans mon avis sur ce titre.
Même si Straczynski a commis des maladresses certaines sur le personnage de Superman dans la première partie, je salue quand même son initiative (fort maladroite, je ne le nie pas).
Par contre, la seconde partie est plombée par une atmosphère d'American Way of Life, qui noie toutes les références dont tu parles (comme les Supermen d'Amérique, qui aident assez bien à continuer la lecture, je le reconnais) dans une ambiance de publicité pour touristes.
Désolé, mais ça a beau être un tour des Etats-Unis, ça n'explique pas cette sensation de pub pour dentifrices Ultra-brite, à mon sens du moins.

Les exemples que tu donnes sont quand même retirés de leur contexte. Même si la plupart sont assez révélateurs de la maladresse de Straczynski que j'évoque, le passage avec les extra-terrestres est quand même justifié. Superman ne sait rien d'eux. Ce sont des extra-terrestres, quand même, pas des mexicains en situation irrégulière ! Comment savoir quelles sont leurs intentions ?
Mais bon, ces images que tu as choisies proviennent du site ComicsAlliance.com, un site qui se pose en ultime donneur de leçon (même si j'aime bien la plupart des interventions de Chris Sims), voire même en Ayatollah de la diversité et de la bienséance (comme lorsqu'ils déclarent que ceux qui ne sont pas en faveur d'un Johnny Storm noir sont racistes; le summum du ridicule ayant été atteint récemment avec ce Harvey / Renée Index dont la logique, si on la suivait, aboutirait à un nouveau Comics Code de la bien-pensance). Du coup, ça ne m'étonne pas qu'ils aient choisi ces images. Mais les voir parler de condescendance dans l'attitude de Supes, ça me fait bien rire de leur part.

Quant à la traduction VF, je me demande bien ce qui te permet d'affirmer qu'elle est mauvaise, étant donné que tu ne sembles pas l'avoir lue.

Quoi qu'il en soit, je ne défends pas le travail de Straczynski, et encore moins cette oeuvre dans son entièreté, que je ne conseille pas comme lecture... comme première lecture du moins.
Et bien sûr, je respecte absolument ta vision des choses, mais puisque tu remets en question mon avis sur l'oeuvre (qui n'est qu'un avis parmi d'autres), je voulais donc te répondre ! :)
"With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

Répondre