Superman: Man of Tomorrow (2020)

DC Universe Animated Original Movies, le point fort de chez DC !
Avatar du membre
Jason Todd
Super Légende
Messages : 14204
Enregistré le : 23 févr. 2013 12:31
Localisation : Earth-S

Re: Superman: Man of Tomorrow (2020)

Message par Jason Todd »

C'est dommage de vouloir à ce point implanter un univers partagé qui entraine une uniformisation des univers visuels. Il me semble que, si certains d'entre nous avaient été sinon enthousiastes, du moins curieux, de ce film, c'était parce qu'il proposait quelque chose de nouveau en terme de direction artistique. En faire une norme est assez stupide.
Image

Avatar du membre
Strax
Super Héros
Messages : 5193
Enregistré le : 30 juin 2013 05:53

Re: Superman: Man of Tomorrow (2020)

Message par Strax »

"With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

Avatar du membre
Parademon
Super Boss
Messages : 2306
Enregistré le : 09 mars 2017 11:25

Re: Superman: Man of Tomorrow (2020)

Message par Parademon »

Par contre l'article dit l'inverse de son titre putaclic. Ce film ne lance pas un nouvel univers partagé, mais une nouvelle façon de faire des films animés DC, plus "lumineux" là où les précédents étaient plus dans l'adaptation de gros événements comics d4rk.
Il y aurait en revanche possibilité de continuer dans d'autres films les aventures du superman de ce film-ci.

En ligne
Avatar du membre
Trantor
Super Courageux
Messages : 231
Enregistré le : 13 janv. 2020 19:02

Re: Superman: Man of Tomorrow (2020)

Message par Trantor »

L'animation est propre.

Avatar du membre
Jason Todd
Super Légende
Messages : 14204
Enregistré le : 23 févr. 2013 12:31
Localisation : Earth-S

Re: Superman: Man of Tomorrow (2020)

Message par Jason Todd »

Bon, j'ai vu la bête et, même si l'ensemble est plus qu'imparfait, je suis assez satisfait de ce visionnage.

Le principal problème est le décalage entre les ambitions louables de l'équipe créative (réaliser en terme d'enjeux quelque chose de digne d'un long-métrage de cinéma) et le format qui leur est imparti (une œuvre ne dépassant pas plus de 80 minutes). Cela façonne une exécution souvent maladroite, manquant de subtilité et, malheureusement, de développement. Manque de développement tant des thématiques abordées, que des personnages, introduits en nombre et manquant d'espace pour coexister.

Le tout n'est donc jamais que survolé, reposant sur des fondations fragiles. Pour exemple : alors que la réinvention de Lois Lane aurait pu être intéressante (une étudiante en journalisme suffisamment brillante pour faire tomber Luthor et être directement embauchée au Planet, générant une jalousie de la part de ses confrères expérimentés), le manque de temps oblige rapidement les scénaristes à se reposer sur des clichés pour lui esquisser un caractère. De ce qui aurait pu être un réel personnage de chair et de sang, ce n'est à l'arrivée qu'une caricature faite de contours. Ce qui est vrai pour Lois Lane l'est malheureusement tout autant pour Lex Luthor, Martian Manhunter ou encore Lobo, pourtant pensés comme des figures majeures du film.

L'itération présentée de Clark Kent n'est pas non plus des plus transcendantes. Sa jeunesse le rend certes attachant, entre son optimisme et ses erreurs, mais, dans le fond, notre protagoniste reste le même du début à la fin. Certes, le film tente de raconter quelque chose sur l'acceptation de l'autre, mais cela ne touche jamais Superman lui-même qui n'est guère traverser par le moindre questionnement existentiel. Lui n'est jamais différent, lui n'est jamais rejeté. Il ne grandit pas, il n'apprend aucune leçon, ni en tant que super-héros, ni en tant que stagiaire au Daily Planet. Il n'a pas de quête initiatique alors que le récit est supposément celui de ses origines. Les deux seules fois où le film tente de prouver le contraire, il s'arrête en cours de route et ne va jamais au bout de ses idées, que ce soit lors de la rencontre entre notre protagoniste et Manhunter, ou lorsque Lois lui fait un speech. Aucun de ces deux instants ne donne lieu à quoi que ce soit. Il demeure lui aussi un personnage dont seuls les contours auraient été faits. Cela se répercute directement sur les thématiques et le fond : sans réelles interrogations, ni volonté d'explorer des problématiques, le contenu est vidé de tout sens. Que raconte cette œuvre ? En fait, pas grand chose.

Mais par delà ces problèmes non négligeables, le film reste un divertissement honnête. D'un point de vue technique d'abord, c'est sans doute parmi les meilleures propositions de DC Animated de ces dernières années : le graphisme passe très bien en mouvement et l'animation est extrêmement fluide. Le trait est à la fois moderne tout en ayant une touche de classicisme, notamment dans les décors futuristes qui font penser à ceux de la série Superman de Bruce Timm. Le problèmes récurrent, posé par les budgets limités de la collection, est toujours là : les décors vides ou peu remplis, le manque généralisé de vie, est malheureusement encore à déplorer. C'est cependant bien secondaire et on n'y fait moins attention que d'habitude. Le casting vocal est également de qualité, et est bien représentatif de la haute ambition que s'est donnée l'équipe créative : Darren Criss est un Clark Kent plus que convaincant et j'espère le retrouver à d'autres occasions, même chose pour Ryan Hurst en Lobo. Bref, un vrai casting de cinéma.

D'autre part, ce long-métrage a le mérite de proposer des perspectives narratives qui changent de celles habituellement vues quand il est question des origines de Superman : d'une part parce que la mythologie kryptonienne n'est jamais abordée, d'autre part parce que cette remise en perspective du protagoniste dans l'univers cosmique plus large du DCU est excellent. Même si beaucoup trop brèves, les interactions entre Clark et J'onn J'onzz sont très plaisantes, tandis que le Parasite est un excellent antagoniste. Même si quelque peu clichée et limitée (comme pour sa relation avec sa femme et sa fille), son écriture le rend sympathique avant sa transformation et lui donne un relief certain. Il s'en sort clairement mieux que Lobo et donne envie de le voir davantage mis en avant dans d'autres médias (cinéma, télévision). Je serais davantage mesuré sur son design, bon par moments, mais clairement étranges par d'autres, comme lorsqu'il devient une créature de la taille de Godzilla. Parlant de design, l'apparence martienne de J'onn J'onzz, très cosmic horror, est clairement un gros plus. Même celle super-héroïque est chouette. Tout cela donne envie d'en découvrir plus sur cet univers.

Si a priori ce long-métrage est bourré de défauts, sa bonne volonté, sa mise en scène de l'action et, au fond, son ouverture sur quelque chose sortant de ce à quoi on est habitué, le rendent attachant et donc satisfaisant. Personne n'en sortira avec le sentiment d'avoir vu un chef d'œuvre, mais, de par son ambition de mêler modernité à une représentation classique de l'univers de Superman, c'est une conception exemplaire de ce que pourrait être un reboot, qui aurait ici mérité un autre format pour mieux développer ses personnages et ses thèmes.
Image

Brutal Destr0y333r
Super Héros
Messages : 5477
Enregistré le : 27 oct. 2013 13:59

Re: Superman: Man of Tomorrow (2020)

Message par Brutal Destr0y333r »

Globalement d'accord avec ta critique à la différence que j'en sors plus blasé que satisfait.
Quand le film finit tu fais "mouais ok ..."
Mais effectivement la DA est superbe et j'espère revoir des films animés de cet acabit.
Gros dilemme pour la représentation de Metropolis: à la fois c'est magnifique à la fois ça n'a aucune crédibilité.
La ville ressemble à une cité de Star trek. Des grands immeubles futuristiques distant les uns des autres séparés par de grands espaces verts.
Difficile de ne pas y voir une ville idéale où le crime est déjà éradiqué depuis longtemps.

Avatar du membre
Strax
Super Héros
Messages : 5193
Enregistré le : 30 juin 2013 05:53

Re: Superman: Man of Tomorrow (2020)

Message par Strax »

Acheté et vu Superman - l'Homme de Demain et dans l'ensemble, j'ai beaucoup apprécié ! :D


Image


Cependant c'est loin d'être parfait et certains défauts peuvent être rédhibitoires pour certains, mais à mes yeux les qualités rattrapent largement le tout et me donnent bien plus d'espoir pour la suite que la majorité des précédentes productions, et c'est pas rien de le dire !
L'histoire du film est assez simple, elle raconte les premiers pas de Clark Kent à Metropolis ainsi que ses débuts au Daily Planet et surtout en tant que Superman. Il découvre le secret sur ses origines extra-terrestres et fait connaissance avec certains de ses ennemis, ainsi que de Lois Lane et J'onn J'onzz, le Limier Martien.
Image


On comprend vite que l'intérêt premier est de bien introduire Superman, ses pouvoirs, son entourage et ses épreuves personnelles. Encore une fois, le leitmotiv du film est visiblement de rester simple, ce qui n'est pas du tout un défaut. On va directement au coeur du sujet, l'adaptation de Clark à tout ce nouvel environnement et sa peur d'être rejeté en tant qu'alien. Pour accentuer cette impression de nouveauté, Metropolis est même montrée comme une ville futuriste, avec une architecture presque extra-terrestre.
Du coup, pas d'enrobage ou de sous-intrigue, et les perso secondaires sont traités au strict minimum, mais sont tout de même suffisamment développés pour donner le change à Clark, figure centrale de l'histoire autour de qui tous gravitent. Lois Lane, ça faisait un bail que je n'avais pas ressenti autant de plaisir à la voir dans un film animé, elle n'en fait pas des caisses, elle n'est pas omnipotente, elle n'est pas parfaite et elle est attachante. Par bien des aspects elle me rappelle la Lois que je préfère, celle de Superman TAS, ne lui manquent que les yeux violet. Lobo reste fidèle à lui-même, grossier, prétentieux, bourrin, mal élevé, et c'est d'autant plus plaisant qu'il est interprété par un Ryan Hurst impérial !
Je suis un peu plus réservé concernant Luthor et J'onn J'onzz en revanche. Les deux sont un peu trop monolithiques je trouve. Quant à Rudy Jones, le Parasite, j'aime bien l'histoire qu'on lui a créée ici en lui donnant une famille, lui apportant plus de consistance, et évidemment un atout dramatique pour le final, mais je vais pas m'en plaindre !
Image


La réalisation est plus que satisfaisante. Le chara-design étonne au premier abord, avec ses gros traits noirs qui délimitent les corps, mais on s'y adapte très vite, et les plus grosses réussites se situent du côté des formes non-humaines qui pour certaines d'entre elles apportent un aspect horrifique supplémentaire à l'ambiance du film, comme la vraie forme du Limier Martien et surtout les différentes phases de transformation du Parasite, et sa forme finale, mélange réussi entre un Xénomorphe d'Alien et l'EVA-01 d'Evangelion ! Mais il faut quand même avouer que la logique de cette transformation radicale m'échappe, même si au niveau du scénario on comprend ce choix.
Image
Même si elle reste très souvent conventionnelle, la mise en scène fait preuve de quelques bonnes trouvailles originales, servies de plus par une animation aux petits oignons et parfois exceptionnelle, comme par exemple lors du combat contre Lobo, ou Parasite.

Malheureusement, tout ceci est entaché par quelques gros soucis récurrents.
D'abord, le rythme général du film est... bizarre. On observe ainsi à maintes reprises des pauses, des silences, en plein milieu de bastons ou de conversations ! Par exemple : dans un combat aérien au-dessus de Metropolis, Clark envoie valdinguer Lobo vers l'horizon, il fait une pause, sans bouger, se retourne tranquillement et redescend au sol. Ça doit pas durer plus de trois secondes à chaque fois, mais croyez-moi, vous les sentez ces pauses ! C'est pas du niveau du premier film de Star Trek, mais ça finit quand même par vous peser.
De plus la musique d'ambiance est trop discrète, ce qui n'aide vraiment pas à se débarrasser de ce sentiment d'étrangeté, et aucun thème ne ressort du visionnage, c'est générique au possible.
Image
Et la cerise sur le gâteau, c'est qu'à part à deux ou trois reprises, la ville semble complètement inhabitée (alors que le Daily Planet semble surpeuplé !). Du coup ça manque d'impact et d'une véritable sensation de danger, ce qui est dommage puisque Superman, encore vert, se bat en ville et y fait des dégâts, et que la centrale nucléaire est mise à mal vers le final. On voit cependant dans une scène des voitures en marche écrasées par des débris du combat contre Lobo, et dans le final des habitants visiblement très cons, pensent que c'est plus sûr de défier au combat un Parasite surpuissant que de fuir ! Il y a des intentions visibles de la part de la production mais le problème vient sûrement d'un manque de moyens plus conséquents. Un énorme «dommage !» pour le coup.


Image
Gros défauts donc, mais mineurs à mes yeux, eu égard à mon passif avec le DCUAOM de ces dernières années.
Simple, droit au but, pas de fioriture, de gros drama inutile ou d'excès de zèle de scénaristes incompétents. Ça va à l'essentiel, peut-être un peu trop pour certains perso mais ça ne se fait jamais au détriment de la compréhension du spectateur qui ne se sentira pas perdu. Pour le premier film d'un reboot ça fait le taf et ça redonne de la vigueur à un univers qui peut repartir sur de bonnes bases, sur des bases saines.
Reste à savoir si l'essai sera transformé !
"With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

Avatar du membre
Parademon
Super Boss
Messages : 2306
Enregistré le : 09 mars 2017 11:25

Re: Superman: Man of Tomorrow (2020)

Message par Parademon »

Vraiment mi-figure mi-raisin vis-à-vis de ce film. Une bonne impression générale tout de même, mais plein plein de défauts.
Bon point : j'adhère au style Foot 2 Rue avec des lignes extérieures épaisses et intérieures fines. Surtout, l'animation n'est pas dégueu du tout, contrairement à ce que je craignais au vu de quelques bandes-annonces.
Plein de bonnes idées, neuves ou pas : le Clark un peu solitaire un peu chelou qui joue au super-héros tout en fantasmant une carrière de journaliste, la relation avec un Jonn Jonzz mentor, ou encore le team-up avec Luthor. La plupart malheureusement sont un peu trop survolées.
D'autres choses m'ont au contraire peu convaincu : la Lois gothique arrogante carriériste insupportable, ou les origines pourries de Parasite "je suis un bon gars mais oh non tiens je peux tuer tout le monde allez je vais tuer tout le monde". J'ai pas vraiment capté la partie où des mecs décident de euh, faire une manifestation contre Parasite ? Pour... l'affronter à 20 avec leurs enfants alors que le monstre est surpuissant et fait 100 mètres de haut ???
Sur la forme, le film pâtit énormément de tout un tas de moment de pause, de blanc, d'attente. A chaque fois des petites secondes qui donnent l'impression que le film ne maîtrise pas trop ses dialogues.
Pas mauvais dans l'ensemble mais trop de ratés pour l'avoir vraiment apprécié.

Répondre