Joker: Killer Smile (2019)

Répondre
Avatar du membre
Batman293
Super Héros
Messages : 8632
Enregistré le : 21 déc. 2014 09:58

Joker: Killer Smile (2019)

Message par Batman293 »

Après une première lecture très agréable du premier numéro il y a quelques mois, j'ai repris la lecture de cette mini du début. Le premier numéro de Joker: Killer Smile est, selon moi, l’un des meilleurs comics que j’ai pu lire sur le Joker. Il n’y en a pas beaucoup que je mettrais aussi haut dans le classement. Avec ce comics on aurait pu se dire qu’il s’agit encore d’un projet sur Batman et sur le Joker. Oui et non. C’est une sorte de nouvelle proposition. Une réflexion en surface sur la folie et, surtout, sur la frontière qui sépare le monde concret de la folie.

Le docteur Benjamin Armell cherche à guérir le Joker. Postulat des plus banals, voire des plus lourds. Mais ce n’est pas tant une histoire sur le Joker que sur ce docteur qui essaie de se convaincre d’agir pour le mieux tout en gardant son travail loin de sa femme et de son fils.

Jeff Lemire et Andrea Sorrentino rempilent pour une nouvelle histoire en trois numéros (néanmoins un one-shot pour mai a été annoncé). Une histoire fraîche et très plaisante. Flirtant avec l’horreur, Lemire et Sorrentino rendent ce récit froid et déroutant en l’installant loin de l’ambiance fantasmagorique de la Gotham City que l’on connaît. Même le Joker se rapproche plus de l’aspect serial killer que du clown. Pâle avec des cheveux noirs, il n’est pas au centre du récit alors que toute l'intrigue se rapporte à lui.

Les planches de Sorrentino avec les couleurs de Bellaire sont magnifiques et extrêmement efficaces. Le rythme ne retombe jamais, l’horreur ainsi que la folie ne sont jamais très loins. Et la mise en page du dessinateur et de la coloriste devient alors spectaculaire.

Cependant les trois numéros peuvent donner une impression de rush dès qu’on entre dans la seconde partie de l’histoire. Je suis sorti de cette lecture un peu frustré et je me demande si un ou deux numéros de plus n’auraient pas été préférables afin d’opérer une transition plus douce dès qu’on s’approche du twist. Un twist plutôt classique mais qui plus ou moins efficace. Les dialogues et la narration sont maîtrisés et permettent de s’immerger un peu plus dans cette courte histoire.

Finalement après un premier numéro qui entre son problème dans mes comics préférés chez DC, on obtient une bonne histoire, assez agréable mais légèrement frustrante. Joker: Killer Smile reste un comics au-dessus de la moyenne des comics Batman que j’ai pu lire ces derniers temps. D’ailleurs ce n’est même pas un comics Batman.

Répondre