La Doom Patrol (1987)

Répondre
Avatar du membre
TheRiddler
Super Elite
Messages : 4742
Enregistré le : 24 avr. 2013 21:16
Localisation : Fribourg, Suisse

La Doom Patrol (1987)

Message par TheRiddler »

Image

Topic sur ce grand run de Morrison, initialement publié chez DC avant d'être rapatrié chez Vertigo.

Morrison débarque sur le numéro #19 en 1987 et fit dès son arrivée plus ou moins table rase sur le travail de son prédécesseur Kupperberg, s'attelant à un nouveau roster composé de Robotman, Crazy Jane, Joshua Clay, le Professeur Caulder, Negative Man (destiné à devenir Rebis), et Dorothy Spinner. Il restera sur le titre jusqu'au numéro #63 en 1992, tandis que la série continuera sans lui jusqu'au numéro #87 et à son annulation en 1995.

Je ne ferai pas une présentation détaillée de son run par paresse, mais j'ai trouvé plus accessible et moins dense que The Invisibles, quitte à y perdre en plaisir de relecture. C'est vraiment habile la manière dont il gère cette équipe de désaxés et chaque personnage, à la seule exception de peut-être de Joshua, se retrouve à un moment ou un autre sur le devant de la scène et on se prend profondément d'affection pour eux.

En revanche, j'ai été surpris par la retcon qu'il opère sur le Chief sur la fin de son run. Même si j'ai trouvé le discours du professeur assez fort lorsqu'il confie à Robotman son "goût pour la catastrophe" et son dégoût du prévisible, j'ai trouvé la réécriture du personnage à la fois radicale et gratuite, et j'ai été étonné de voir sur internet que cet élément avait été conservé même après sa réintroduction à la suite des événements de Infinite Crisis. Le fait qu'elle survienne aussi tard dans son run n'aide probablement pas non plus, même si elle était teasée depuis quelques numéros.

D'autres avis sur cette retcon en particulier, et sur le run en général?

Avatar du membre
DarkChap
Super Elite
Messages : 3686
Enregistré le : 03 juin 2013 14:33

Re: La Doom Patrol de Grant Morrison

Message par DarkChap »

J'adore ce run, parmi les travaux de Morrison les plus aboutis.

Avec Doom Patrol (qui effectivement, est un peu le juste milieu entre l'assez direct Animal Man et le très/trop abscons des Invisibles) Morrison nous propose un gigantesque voyage à travers l'étrange, une merveille d'absurde rempli d'inventivité à ne plus savoir qu'en faire et qui aime jouer avec de grandes idées mais sans jamais en oublier ses protagonistes pour autant.
A leur propos, le cast de personnages est phénoménal et le fait que tous soient clairement malades, ce qui les amènent à reposer énormément les uns sur les autres résulte en une dynamique vraiment unique et touchante.

S'agissant de la RetCon finale, pour moi c'est une partie intégrante du travail de refonte en profondeur de l'équipe, qui jusqu'à présent était juste des X-Men/Fantastic Four de seconde zone, avec pour Reed/Charles de service un Niles Caulder, qui n'avait jamais été un personnage très intéressant jusque là, en particulier en comparaison des autres membres de l'équipe et de ce que Morrison en avait fait. Cette révélation est un moyen assez habile de lui donner une certaine profondeur en ne changeant rien aux faits, modifiant simplement le regard qu'on porte dessus et de donner définitivement leur indépendance à l'équipe en complétant le changement radical de direction donné au titre.
I am the Revelation! The Tiger-Force at the core of things! When you cry out in your dreams, it is Darkseid that you see!

Avatar du membre
crazy-el
Superman Addict
Messages : 8263
Enregistré le : 30 janv. 2013 18:54
Localisation : Montréal

Re: La Doom Patrol de Grant Morrison

Message par crazy-el »

Et en plus quelle couverture. Moi j'aime beaucoup :)
''Quelque soit l'homme que tu deviendras, tu changeras le monde'', Jonathan Kent dans Man of Steel(2013)

Image

Avatar du membre
TheRiddler
Super Elite
Messages : 4742
Enregistré le : 24 avr. 2013 21:16
Localisation : Fribourg, Suisse

Re: La Doom Patrol de Grant Morrison

Message par TheRiddler »

C'est clair que Bolland, ça envoie souvent du lourd :D

Sinon,je reste tout de même pas entièrement convaincu par la retcon. Tu évoques un changement de direction pour l'équipe, mes réticences sont peut-être dues à ma méconnaissance de la suite de leurs aventures après le départ de Grant Morrison, qui utilisent peut-être cette nouveauté. En l'état, je l'ai subi comme un twist de fin forcé qui n'a pas touché ma représentation de la team. Je suis d'accord pour dire que Niles Caulder était jusque-là tristement lisse, mais j'aurais aspiré à une autre refonte. Je vois mal une dynamique de groupe s'installer si c'est une manipulation de cette ampleur qui les a réunis.

Comme je le voyais en fait, puisque la Doom Patrol était intégrée à l'univers DC, un personnage portait soit le label "méchant" soit le label "gentil", mais à la réflexion, c'est peut-être une tentative de la part de Morrison de briser le profond manichéisme intrinsèque au genre, et ça ne me paraît pas improbable vu sa manière de susciter de l'affection chez le lecteur pour la Brotherhood of Dada. C'est peut-être à tort que j'ai assimilé cette retcon aux cents exemples gratuits de persos d'alignement bons tournés subitement vilains cruels qu'on subit depuis une dizaine d'années, mais en considérant l'exécution seule (et pas l'intention), je ne peux m'empêcher de trouver entre ces deux procédés des points communs douloureux, comme l'absence de build-up ou de traitement des conséquences d'une telle révélation (puisqu'il zigouille immédiatement Caulder).

Avatar du membre
DarkChap
Super Elite
Messages : 3686
Enregistré le : 03 juin 2013 14:33

Re: La Doom Patrol de Grant Morrison

Message par DarkChap »

Disons que la RetCon ne me semble pas gratuite parce qu'elle est pensée comme le point d'orgue d'une refonte des membres de l'équipe et du titre est si profonde durant tout le run que conserver Caulder en l'état (et garder Tempest) m'aurait presque semblé incohérent.

Sa place en fin de run peut surprendre mais pour ma part, je pense que conclure sur un conflit plus personnel après tant d'aventures métaphysiques a aussi du bon. Je trouve aussi qu'en un sens le fait que Morrison ait si bien œuvré durant des années sur le titre lui confère une sorte de légitimité pour toucher à l'origine même de l'équipe (à la différence d'autres RetCons pas forcément convaincantes introduites au début de runs).

Au contraire, je trouve que cette révélation accompagne l'évolution saine d'une Doom Patrol constituée de victimes forcés à rejoindre l'équipe à une dynamique dans laquelle chacun fait le choix de rester avec cette famille de substitution, une famille avec ses conflits et ses secrets. Enfin, si je n'ai pas eu l'impression que Morrison cherchait à montrer Caulder comme particulièrement gris, il est évident que la révélation entend le montrer aussi malade que ses protégés.
I am the Revelation! The Tiger-Force at the core of things! When you cry out in your dreams, it is Darkseid that you see!

Répondre