Promethea (1998)

Répondre
Avatar du membre
BobCanne
Super Débrouillard
Messages : 197
Enregistré le : 23 mai 2013 10:28

Promethea (1998)

Message par BobCanne »

Promethea
Image
Ça vient d'ou ?

Promethea est édité par Vertigo (actuellement). Seulement le comic en lui même provient de la société America's Best comic,société d'édition crée par Alan Moore. A noter que ABC (non pas la chaîne télé mais America's best comic) est filière de Wildstorm (fondateur Jim Lee) qui est elle même une filière de Dc comics. La série a d'abord été éditée par America's Best Comic.

La série est crée par Alan Moore et J H Williams III. Elle sera publiée de 1998 à 2005.

Trade Paperback 1 : reprenant les numéros 1 à 6.
Trade Paperback 2 : reprenant les numéros 7 à 12.
Trade Paperback 3 : reprenant les numéros 13 à 18.
Trade Paperback 4 : reprenant les numéros 19 à 25.
Trade Paperback 5 : reprenant les numéros 26 à 32.

Synopsis :

En l'an 411 après Jésus-Christ, à Alexandrie en Égypte, un lettré mystique païen est lynché par un groupe de chrétiens fanatiques. Il parvient à sauver la vie de sa fille, Promethea, qui s'enfuit dans le désert. Elle y rencontre le dieu syncrétique de son père, Thoth-Hermès, qui lui explique qu'il est impuissant face au Dieu des chrétiens. Il lui propose alors de l'emmener avec lui dans Immateria, le royaume de l'imagination. Ainsi Promethea perd-elle sa forme physique : elle devient une histoire, un conte, et atteint ainsi l'immortalité. Lorsqu'une personne, dans le monde réel, découvre cette histoire et s'y investit suffisamment, Promethea peut s'incarner en elle et agir dans le monde.

En 1999, dans une New York futuriste et clinquante, la jeune Sophie Bangs prépare un travail scolaire sur le mythe de Promethea. Elle est loin de se douter du destin qui l'attend...


Personnalité marquante du comics :

On notera le génie artistique de J H Williams III aux dessins. Il adore les dessins sur double page, en témoigne celle-ci, que je vais prendre en exemple :
Image
Néanmoins la maîtrise du dessinateur ne s'arrête pas là. Cette double page est assez complexe pour sa lecture mais aussi sa compréhension :
Image
L'histoire et l'univers ont l'air aussi riche l'un que l'autre. Le comics permet un voyage à travers les ages et les cultures. Alan Moore a pu aborder un univers qu'il apprécie bien, la magie.
Image
Mon avis personnel :

J'ai quasiment terminé le book 1 mais cela m'a suffit pour me conquérir et en parler sur DCP afin de peut être trouver des personnes qui l'ont déjà lu mais aussi le faire découvrir.

N'hésitez pas à donner votre avis si vous l'avez lu. :)


Source : http://sequentialscott.deviantart.com/j ... -230575416
http://fr.wikipedia.org/wiki/Promethea
Modifié en dernier par BobCanne le 30 déc. 2013 22:28, modifié 1 fois.
Image

Avatar du membre
666Raziel
Super Remarqué
Messages : 1032
Enregistré le : 03 juin 2013 15:31
Localisation : Nancy

Re: [VERTIGO : VO] Promethea

Message par 666Raziel »

C'est une série en cours ou est elle terminée ?

Avatar du membre
BobCanne
Super Débrouillard
Messages : 197
Enregistré le : 23 mai 2013 10:28

Re: [VERTIGO : VO] Promethea

Message par BobCanne »

La série est terminée mais elle est toujours publiée.
Image

Avatar du membre
DarkChap
Super Elite
Messages : 3694
Enregistré le : 03 juin 2013 14:33

Re: [VERTIGO : VO] Promethea (1998-2005)

Message par DarkChap »

Oui, je l'ai lu.

Avec JH Williams III aux crayons, c’est visuellement c’est grandiose, autant pour le trait que pour les idées de découpages.

Bien qu’assez inspirée de Sandman, le concept et l’histoire restent très inventifs. Les personnages sont intéressants et attachants. Après, coté scénario, c'est vraiment très inégal. Ca commence bien, intrigue, rythme et mise en scène, tout simplement tout ce qui porte vraiment sur ce monde futuriste, son protagoniste et le passé de l’entité qu’est Promethea, mais assez vite on n'a plus droit qu'à de longs cours de pseudo découverte de la véritable nature des choses. Ces moments sont vraiment mal faits et ne présentent tout simplement aucun intérêt pour le récit. Et qualitativement, ces cours sont eux aussi assez inégaux, parfois intéressants et intelligents, mais assez fréquemment banals et clichés.

Le résultat est que, sur l'ensemble de la série, on n'a jamais vraiment l'impression de suivre des personnages, plutôt des scènes et des cours, ce qui a pour conséquence un certain détachement à l'oeuvre. Elle a bien une identité propre et est techniquement très aboutie manque cruellement d'élément central fort auquel le lecteur pourrait se raccrocher. En cela, c'est une lecture assez paradoxale. Je l'ai définitivement appréciée mais jamais autant je ne voulais l'aimer.
I am the Revelation! The Tiger-Force at the core of things! When you cry out in your dreams, it is Darkseid that you see!

Avatar du membre
666Raziel
Super Remarqué
Messages : 1032
Enregistré le : 03 juin 2013 15:31
Localisation : Nancy

Re: [VERTIGO : VO] Promethea (1998-2005)

Message par 666Raziel »

A cause (ou grâce à) de BobCanne, j'ai emprunté les 7 tomes VF de cette série à la médiathèque.

Voici mon avis que j'ai rédigé pour le site BDthèque :
Il y a tellement de chose à dire sur Promethea que l'on pourrait facilement en faire le matériau principal d'une thèse littéraire.

C'est un comics très surprenant qui mélange les genres, les styles et les formats de mise en page pour aboutir à un résultat final extrêmement prétentieux.
Je plussoie les lecteurs qui ont décrochés car j'ai moi même, à plusieurs reprises, failli arrêter ma lecture. Malgré tout, ayant emprunté les 7 tomes à la médiathèque, je me suis forcé d'aller jusqu'au bout.
Après avoir refermé le dernier volume, je ne regrette pas mon effort. Promethea est un comics déroutant, mais les révélations finales apportent des explications à la hauteur des attentes du lecteur.

(Je tâcherai de modérer mes propos, mais mon avis risque fortement de contenir des spoils !)

Au vu du titre, on s'attend aux aventures d'un personnage. Mais qui est vraiment Promethea ?
Un avatar de l'imagination. C'est ce qui est dit en 4e de couverture. Sauf que cette assertion est très limitée.
Dans son dernier chapitre, Alan Moore présente l'imagination comme une des plus grandes force de la création.
Rétrospectivement, la transformation de Sophie Bangs en Promethea dans les premiers volumes apparaît autant comme un test de passage pour le lecteur que pour le personnage. Car en définitive, l'entité Promethea n'a qu'une seule vocation dans le récit : le conclure. Tout le reste de ses aventures servent de prétexte à l'auteur pour développer sa véritable intention : une analyse d' l'occulte.

En effet, tous les canons classiques du comics de super héros sont ici traités avec légèretés. Donc, fondamentalement, je ne pense pas que l'on puisse qualifier ainsi cette série.
Dans la littérature, j'ai trouvé une autre œuvre qui lui est, conceptuellement, très proche : il s'agit de la Pentalogie du ciel de Bernard Werber.
Pour ces deux titres, la narration sert plus à avancer des idées ou des réflexions qu'à raconter une histoire. Aussi dans Promethea, dès la fin du tome 3 , commencent de longues phases explicatives sur divers aspects ésotériques : les tarots, le tantrisme, la kabbale, etc. C'est intéressant, d'un point de vue culture générale, pour peu que vous ne soyez pas rigoureusement cartésien.
Que l'on adhère ou non à ce qui est raconté, il faut tout de même admettre qu'Alan Moore le présente bien. Son texte est assez pédagogique. Voire même trop ce qui a, parfois, tendance à déséquilibrer le récit.

Et c'est au moment où le récit devient de plus en plus mystique que tout le génie artistique du dessinateur s'éveille. Il y a, dans la mise en page de Promethea, de quoi faire un cours sur le découpage des cases dans la bande dessinée. Le dessin devient à la fois décor et acteur du récit. Les pages s'analysent autant comme un tout que comme un ensemble de cases. Le sens de lecture n'est pas toujours linéaire. Le style du dessin évolue également selon ce qu'il est censé représenter.
Présenté ainsi ça a l'air magique. Et souvent ça l'est ; mais il y a malgré tout quelques ratés. Sont ils imputables à l’œuvre en elle même ou juste à sa traduction, je l'ignore, mais il y a quelques pages pour lesquelles j'ai du m'y prendre à plusieurs fois pour comprendre l'ordre de lecture des bulles.
Le cas extrême fut une double page sur l'anneau de Möbius. L'idée semblait être de présenter un ensemble de lecture formant une boucle infinie. Sauf que je n'ai jamais réussi à la lire correctement et suis donc passé à côté.

Autre élément qui illustre la prétention de l'oeuvre : les événements qui entourent sa conclusion. A partir du 6e tome, l'histoire redevient plus classique et alors que la fin approche, Alan Moore fait intervenir de nombreux personnages issus du catalogue ABC (Tom Strong, "Jack B. Quick", Jonni Future). Ainsi, le dénouement n'est pas celui d'une histoire, mais celui d'une expérience.
J'ai vu pas mal de cas où la fiction brise le 4e mur pour intégrer le lecteur, mais aucun ne l'a fait avec autant de force que Promethea. Sans vouloir faire du prosélytisme, je dirais que l'on ne lit pas ce comics, on communie avec lui.


En conclusion, je citerai les dernières pages de la série : Promethea remplit le même rôle que son homologue titanesque de la mythologie grecque. Par le biais de la bande dessinée (meilleur moyen de faire passer clairement et durablement une information, selon le Pentagone dans les années 80), Alan Moore imprègne notre mémoire de "sa lumière".
Peut importe d'être réceptif à ce message, l'expérience littéraire est unique.

Voilà pourquoi, si l'ésotérisme ne vous rebute pas, je vous recommande de lire intégralement cette série.
Je n'en recommande pas l'achat pour deux raisons. D'une part, en France, nous n'avons pas d'édition qui fasse véritablement honneur au récit. D'autre part, comme je le disais juste avant, Promethea est plus une expérience à vivre qu'une lecture à parcourir. A moins d'être véritablement passionné, je ne pense pas que d'autres relectures vous apportent véritablement quelque chose.

Avatar du membre
Pierrot
Super Gringalet
Messages : 24
Enregistré le : 18 mai 2016 09:27

Re: [VERTIGO : VO] Promethea (1998-2005)

Message par Pierrot »

Une bonne série, même si on se perd très facilement à certains moments. Les dessins sont tout bonnement splendides! Le scénario n'est pas toujours très bien rythmé et il y a même un numéro à la fin du 2e TPB que j'ai dû lire en deux fois parce que je m'étais endormi :joke:
Le gros point noir que je fais à cette série, c'est sa fin, enfin sa presque fin, les dernières pages de l'avant dernier numéro cette happy end mielleuse, pourquoi?!

Répondre