[UC: DC NEMESIS] Empereur Joker

anarchynpp
Super Elite
Messages : 3575
Enregistré le : 02 mars 2014 21:41
Localisation : Marseille

Re: [UC: DC NEMESIS] Empereur Joker

Message par anarchynpp »

:jokerr Aha j ai rit de ta review merci :') .


Merci de ton avis ! ;)
La révolution sera la floraison de l'humanité. -Louise Michel- Ⓐ

Avatar du membre
Strax
Super Héros
Messages : 5433
Enregistré le : 30 juin 2013 05:53

Re: [UC: DC NEMESIS] Empereur Joker

Message par Strax »

Empereur Joker
Jeph Loeb - J.M DeMatteis
Joe Kelly - Ed McGuinness
Image
"Le Joker est Dieu ! C'est si dur à comprendre ? Je suis omnipotent et vous n'êtes rien ! J'ai gagné !"
Superman est enfermé, enchaîné, dans l'asile d'Arkham. Il parvient à s'échapper, comme il le fait chaque soir, semble-t-il. Et comme chaque soir, le directeur d'Arkham, Solomon Grundy (probablement né un lundi, mais on s'en fiche) appelle à l'aide le QG de la Ligue des Justiciers pour arrêter l'évadé. C'est un boulot pour Bizarro !

Voilà un titre très atypique !
Dès les premières pages, on a l'impression d'être dans un monde inversé de l'habituel univers DC. Mais cela dépasse le simple stade d'un univers miroir. Superman sait qu'il ne tue pas, il sait que quelque chose cloche. Lois Lane est à la tête d'une entreprise commerciale puissante, appelée Lane Corp, et elle est chauve...
Jimmy Olsen est le meilleur ami de Bizarro, Aquaman est un poisson-homme avec une hache en guise de main gauche, et pour parachever le tout, chaque soir un long cri d'agonie traverse la ville. Bref, que se passe-t-il ? M. Mxyzptlk est-il concerné par cette histoire ?
Image
Dès lors que l'on met en scène un habitant de la cinquième dimension, on s'attend toujours à un bon gros délire surréaliste, propice aux références à foison au Silver Age de DC. C'était par exemple le cas dans Superman TAS, dans Batman - The Brave and the Bold, c'est aussi le cas dans Empereur Joker.

Le simple fait d'être perdu, dans les premiers chapitres, en tant que lecteur, apporte à ce titre une certaine dimension de plaisir, un peu comme lorsqu'on déambule dans un labyrinthe, incapable de trouver un point de repère. Ici, on est propulsé dans une histoire qui n'a pas de véritable début, et qui ne s'encombre pas d'un court résumé de la situation. Perdu !
Alors on se laisse emporter dans l'histoire, avec ce Superman qui sait qu'il est un super-vilain, mais qui sait aussi qu'il ne peut pas en être un. C'est déstabilisant, ce n'est pas un Elseworld, ni un futur apocalyptique.
Image
La palme du personnage le plus intéressant dans son traitement tout au long de l'histoire revient sans contestation possible à Lois Lane !
Elle débute comme un clone féminin de Lex Luthor, et passe par un grand nombre de phases la poussant à constamment réagir aux évènements sur le tas, ne sachant jamais à quel saint se vouer. De fait, il s'agit là du personnage le plus imprévisible, dans le bon sens du terme.
Dans le mauvais sens du terme, on a Ignition, personnage énigmatique dont la véritable identité ne manquera pas de faire froncer les sourcils de nombreux lecteurs, compte tenu de l'absurdité de la chose et des actions dudit personnage depuis le début de l'histoire, ne laissant finalement sortir de la bouche du lecteur qu'un "pourquoi ?" impuissant et ahuri.
Image
Empereur Joker est un titre dont je n'arrive franchement pas à dire si je l'ai trouvé bon ou mauvais.
Malgré la profusion de détails (bon, c'est pas non plus la Chapelle Sixtine, hein !), la lecture reste très fluide, c'est clair et assez simple à lire. C'est très coloré, parfois trop, mais on reste dans les standards de l'époque.
J'ai particulièrement apprécié le dernier chapitre, et le côté messianique de Superman, qui a rarement été autant mis en avant, à travers ce final qui tout-à-coup abandonne le côté délirant des premiers chapitres pour aborder un moment assez grave, qui nous était pourtant connu dès le premier chapitre. Le passage du grotesque au sérieux se fait naturellement, étonnamment. On n'a pas l'impression de passer d'une histoire à une autre, ce qui est la marque d'une très bonne maîtrise du scénario.
Enfin, il est impossible de passer sous silence le grand nombre de clins d'oeil et de références à l'univers DC qui rendent l'histoire encore plus captivante, que l'on comprenne ou non ces références, d'ailleurs !

Maintenant, et c'est une opinion personnelle, l'humour ne marche pas sur moi. Sérieux, j'ai pas ri une seule fois. Peut-être est-ce la faute à certaines vannes trop datées, trop ancrées dans leur époque. Par exemple, le gimmick du "Wazaaaa !" du début des années 2000...
A l'époque, ça m'a fait rire... la première semaine, et après ça m'a gavé, et dieu sait qu'on en a bouffé du Wazaaa... -_-
Ensuite, certains dessinateurs ne me font pas vraiment sauter au rideau... en fait surtout un... Ed McGuinness et ses dessins tout en rondeur et bibendum-itude.
Bon, c'est histoire de dire, parce qu'il n'est pas le plus présent dans l'histoire, mais pour moi il est du niveau de Rob Liefeld, et ce n'est pas un compliment. Non, il est quand même meilleur que Liefeld, ne trollons pas.
Enfin, la révélation de l'instigateur de tout ce mic-mac tombe évidemment à plat (alors qu'il faut attendre la fin du chapitre 4 pour voir son identité révélée au lecteur), puisqu'il est dans le titre même, l'Empereur Joker !
Image
Empereur Joker est en définitive un titre plutôt attrayant, en dépit de ses défauts. Il faut reconnaître qu'il a pour lui cette originalité de jongler plus ou moins habilement (ça dépend des moments) entre l'absurde, le référentiel et le sérieux.
Certains apprécieront l'humour, d'autres les références, et d'autres encore verront dans tout ce délire l'analyse du cerveau dérangé de la Némésis du Chevalier Noir, un des plus grands vilains que la planète comics ait jamais porté.
Et d'autres ne goûteront à aucune de ces facettes, tandis qu'une dernière catégorie de personnes s'y plongeront au contraire corps et âme, appréciant chaque aspect de l'oeuvre !
"With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

Avatar du membre
crazy-el
Superman Addict
Messages : 8263
Enregistré le : 30 janv. 2013 18:54
Localisation : Montréal

Re: [UC: DC NEMESIS] Empereur Joker

Message par crazy-el »

:-D Excellent Strax. Moi j'appartiens à la toute dernière catégorie.
''Quelque soit l'homme que tu deviendras, tu changeras le monde'', Jonathan Kent dans Man of Steel(2013)

Image

Avatar du membre
Strax
Super Héros
Messages : 5433
Enregistré le : 30 juin 2013 05:53

Re: [UC: DC NEMESIS] Empereur Joker

Message par Strax »

Merci ! ^^
C'est vrai que ce titre a une atmosphère si particulière qu'il peut déstabiliser à la première lecture, mais il a ce truc qui fait qu'on y revient quand même ! :joke:
"With the first link, the chain is forged. The first speech censured, the first thought forbidden, the first freedom denied, chains us all irrevocably." -Jean-Luc Picard
Star Trek - The Next Generation / The Drumhead

Avatar du membre
Biggy
Super Boss
Messages : 2990
Enregistré le : 29 déc. 2012 09:19
Contact :

Re: [UC: DC NEMESIS] Empereur Joker

Message par Biggy »

Grosse déception pour moi :(

Le Joker ? Pouvoirs démesurés ? Capable de façonner sa propre réalité ? Voilà qui donne drôlement envie ! Se retrouver avec un Joker toujours aussi timbré mais avec les pouvoirs extraordinaires de Mxyzptlk, on se dit que ses ennemis vont prendre cher et que nous n’allons plus pouvoir nous retenir de pleurer de rire. Enfin, en espérant que cela soit bien écrit bien amené, mais bon en voyant Jeph Loeb au scénario, on peut espérer le meilleur. Du moins je le croyais…

D’une manière ou d’une autre, l’ennemi légendaire de Batman, le Joker, a reçu le pouvoir de refaçonner la réalité selon ses propres délires mégalomanes. Le monde vit désormais au rythme du chaos et la mort. Superman est connu de tous comme étant le plus dangereux de tous les criminels, récemment échappé de l’asile d’Arkham, et Bizarro, le seul héros capable de l’arrêter. Armé de sa seule volonté de fer, l’Homme d’Acier parviendra-t-il a mettre fin au règne de l’Empereur Joker ? (Contient : Superman #160 et 161, Adventures of Superman #582 et 583, Superman : The Man of Steel #104 et 105, Action Comics #769 et 770 et Emperor Joker #1)

… parce que le risque était de nous retrouver avec un récit à l’humour provenant d’une cour de récréation niveau primaire. Et c’est ce à quoi nous avons droit. Pas une seule fois au cours de ces deux cents soixante quatre pages je ne me suis surpris à rire, ni même à esquisser un sourire. Bien que complètement déluré, complètement barge, à l’image de son cerveau, ce monde jokérisé n’est absolument pas drôle mais poussif, sans surprise et assez indigeste ! C’est un comble en lisant du Joker !

Superman se réveille dans une cellule à Arkham, dans un costume noir, sans aucun souvenir de notre réalité. Juste une vague impression que quelque chose cloche lorsqu’il se rappelle être un effroyable criminel depuis qu’il a assassiné Lex Luthor. Et nous découvrons ce nouveau monde, sorti du cerveau fou du Joker en même temps que ce Superman, ne sachant pas voler. Monde protégé par la Ligue du Joker, Bizarro en tête, le plus grand de tous les super-héros ! Et nos super-héros ? Et bien ils sont devenus des criminels, Aquaman est un poisson (c’est surprenant n’est-ce –pas ?) Flash est devenu Flask car obèse (hilarant…) et ce traitement est à l’identique pour tous les membres de la Justice League. Je vous passe ce qu’ils ont fait de Green Lantern… Et Batman dans tout cela ? Et bien le Joker lui a réservé un traitement de choix, le tuant toutes les nuits avant de le ressusciter à chaque fois afin de le tuer encore et encore, toujours de façon abominable. Là aussi rien de surprenant… Lois Lane quant à elle prend le rôle et la coupe de cheveux de Lex Luthor et semble être la seule chose capable de « réveiller » Superman. Malheureusement, il est lui aussi capturé toutes les nuits par Bizarro et renvoyé à Arkham. Mais bientôt, d’autres personnes se « réveillent » peu à peu, et ils comprennent vite qu’à cause de la folie du Joker c’est tout l’univers qui est sur le point de s’auto-détruire !

Quel dommage ! Cette intrigue avait vraiment tout pour donner quelque chose de vraiment sympa. Mais entre l’absence de surprise (facile de donner une tête de poisson à Aquaman, le traitement proposé pour Batman était couru d’avance…), l’humour désespérément navrant (sérieusement ? Wazaaa ?...) et un Joker vide, j’ai eu toutes les peines du monde à rentrer dans l’histoire. D’ailleurs en refermant le livre ce n’était toujours pas le cas. Une lecture très longue, très lourde, où l’absence d’histoire se fait terriblement sentir. Du moins une histoire adulte, car j’ai vraiment eu l’impression d’avoir entre les mains un livre pour enfant avec le même niveau qu’une bande-dessinée de Tom-Tom et Nana.
Le pire étant peut-être le fait de voir les auteurs vouloir nous pondre une fin un peu jolie, un peu morale en totale opposition avec le reste du récit. Comment avoir l’idée de finir avec une touche de sérieux et d’émotion sur un récit qui n’est qu’un grand n’importe quoi ?

Au niveau du dessin c’est très cartoony, très coloré, cela nous plonge dans une ambiance Looney Toons, ce qui accentue encore la déception de ne pas avoir le fond qui va avec la forme que l’on pouvait espérer avec l’idée de départ. Heureusement, pour moi, Ed McGuinness n’est crédité que de deux chapitres. Ses personnages sont affreux et tape-à-l’œil mais sa représentation du comique de situation et elle plutôt bonne. C’est triste de ne sourire que grâce à quelques dessins amusants.
Les styles des différents dessinateurs sont vraiment différents. Passer de McGuiness à Mike Miller est déboussolant. Si le fond reste avec l’humour en image, les styles dénotent beaucoup au niveau des personnages. Mais dans l’ensemble cela se laisse regarder, c’est plein de couleur, on en prend plein les yeux, et l’humour et les clins d’œil sont légion.

Bref, que dire si ce n’est que ce comics est une déception la plus totale. Je n’en retiens rien. Pourtant l’idée de base était vraiment alléchante. Mais je me retrouve avec un Joker triste au possible, sans génie, sans surprise et une histoire « chiante » du début à la fin.

Avatar du membre
WingEternal
Super Gringalet
Messages : 48
Enregistré le : 08 juil. 2014 14:05
Localisation : Oise

Re: [UC: DC NEMESIS] Empereur Joker

Message par WingEternal »

Est ce que mon frère de 9 ans peut le lire sans problème?
" Quelque chose de maléfique se cache dans la forêt "

anarchynpp
Super Elite
Messages : 3575
Enregistré le : 02 mars 2014 21:41
Localisation : Marseille

Re: [UC: DC NEMESIS] Empereur Joker

Message par anarchynpp »

je vais citer la review du site pour te répondre ^^

"d’ailleurs ma fille de huit ans l’a déjà adopté !"





http://www.dcplanet.fr/90160-review-vf-empereur-joker
La révolution sera la floraison de l'humanité. -Louise Michel- Ⓐ

Avatar du membre
WingEternal
Super Gringalet
Messages : 48
Enregistré le : 08 juil. 2014 14:05
Localisation : Oise

Re: [UC: DC NEMESIS] Empereur Joker

Message par WingEternal »

Il sera donc mon prochain achat!
Merci!
" Quelque chose de maléfique se cache dans la forêt "

Avatar du membre
TheRiddler
Super Elite
Messages : 4742
Enregistré le : 24 avr. 2013 21:16
Localisation : Fribourg, Suisse

Re: [UC: DC NEMESIS] Empereur Joker

Message par TheRiddler »

Pour débattre de l'avis Biggy, je cite DarkChap :
DarkChap a écrit :Dire, c’est « enfantin », pas « mature » ou niveau d’un « gamin de 12 ans » c’est juste faire preuve d’un triste aveuglement qui marque le manque de culture comics.
Car non, Jeph Loeb n’est pas un gamin de douze ans, pas plus que ne le sont Grant Morrison dans All Star ou Alan Moore dans Supreme, S’ils écrivent ce genre d’histoire qui osent laisser libre cours à leur imagination ou qu’ils rendent hommage à ces classiques du Silver plein d’imagination, c’es justement parce qu’ils y voient un génie d’inventivité que le Dark Age of Comics et son triste réalisme n’a pas.
C'est clair que si tu t'attends à une franche tranche de rigolade, tu vas être déçu, parce que le ton est bien plutôt oppressant, et cette réalité toujours mouvante a de quoi faire perdre pied au lecteur, c'est très désarçonnant.
Biggy a écrit :Et Batman dans tout cela ? Et bien le Joker lui a réservé un traitement de choix, le tuant toutes les nuits avant de le ressusciter à chaque fois afin de le tuer encore et encore, toujours de façon abominable. Là aussi rien de surprenant…
Au contraire, c'est l'un des points centraux du récit ! Ca traduit l'idée selon laquelle même dans son omnipotence, le Joker ne peut se débarrasser de Batman, il tente encore et encore de le tuer, de le supprimer, en faisant quasiment sa raison de vivre. Et c'est de fait le sens de la vie du Joker : tuer Batman, mais s'il le tue, que fera-t-il ? Le Joker ne peut en réalité, paradoxalement, pas vivre sans Batman ! D'où ce remake du mythe de Sisyphe. C'est la seule limite à l'omnipotence du Joker, et ce supplice éternel subit par la chauve-souris peut être soumis à de multiples interprétations, on pourrait faire un parallèle avec le Whatever Happened to the Caped Crusader ? de Neil Gaiman où on voit Batman mourir de tas de manières différentes, pour une seule et même conclusion : une renaissance, ... parce que Batman ne peut pas mourir !

C'est dommage de s'arrêter à une lecture au premier degré pour un récit aussi riche que ce Empereur Joker. Les goûts et les couleurs patati patata existent bel et bien, mais quand tu dis que c'est du...
Biggy a écrit :même niveau qu’une bande-dessinée de Tom-Tom et Nana.
Là tu te trompes objectivement.

Avatar du membre
Freytaw
Booster Gold Addict
Messages : 4848
Enregistré le : 02 janv. 2013 10:47
Localisation : Limoges
Contact :

Re: [UC: DC NEMESIS] Empereur Joker

Message par Freytaw »

Ha oui quand même ! :lol:
Je pense aussi qu'il se trompe xD

Répondre